La Voyance

Résolution de problèmes, ou seulement à titre de connaissance et de prévention, on a de plus en plus recours à la divination. Mais qu’est-ce qu’il faut savoir en parlant de celle-ci ? On vous en dira un peu plus sur sa définition et son histoire.

Qu’est-ce qu’on entend par divination ?

La divination est cet art de découvrir ce qui est inconnu, c’est l’art de deviner le passé, l’avenir, les secrets, les mystères, etc.… en employant des moyens qu’on ne peut pas qualifiés de rationnels. Étymologiquement, divination vient du mot latin « divinar » qui veut dire « accomplir des choses divines », et elle a deux aspects : la voyance, qui est naturelle, et la mantique qui est plus technique.

On distingue deux conceptions qui peuvent définir la divination. Premièrement, celle qui est l’art surnaturel de deviner et de lire l’avenir, qu’on peut déterminer par le terme de clairvoyance. Deuxièmement, il y a la faculté de ressentir les événements à venir, qu’on définit par intuition.

Historique de la divination

La pratique de la divination évolue avec le temps. Depuis la préhistoire, on a connu la divination, notamment au Mésopotamie, où la croyance aide à prédire l’avenir en priant. Les nombres deviennent des instruments pour percer les secrets du monde à partir de l’ère de Pythagore. Au premier siècle av. JC, Varron est le premier, chez les Romains, à avoir utilisé des éléments comme la géomancie (divination par la terre), hydromancie (par l’eau), l’aéromancie (par l’air), et la pyromancie (parle feu)pour la prédiction.

C’est à partir du VIIIème siècle ap-JC qu’on a découvert la divination par pronostic selon les jours calendaires. Ce qui a perfectionné l’astrologie. On peut alors déterminer le destin et le caractère d’une personne et aussi on arrive à prédire ce qu’i faut ou ce qu’il ne faut pas faire ce jour-là. La boule de cristal ne semble être manipulée qu’au XVIème siècle et le tarot seulement au XVIIIème siècle.

Share Button